Armand Van Deun


9 mois
pour traiter
la tuberculose multirésistante

Action Damien traitement contre la tuberculose.
© Armand Van Deun - ITG
Armand Van Deun et le traitement en 9 mois pour lutter, guérir dela tuberculose
© Tim Dirven

MDR

Le docteur Armand Van Deun est à la base du développement de ce nouveau protocole de traitement.

Neuf mois : c’est aujourd’hui le temps qu’il faut à un malade de la tuberculose multirésistante (MDR)* pour renaître. Une avancée capitale, quand on sait que 8 à 10 millions de personnes contractent la tuberculose chaque année, et que 500 000 d’entre elles vont développer la forme MDR.

Or, le schéma thérapeutique conventionnel, anciennement recommandé par l’ OMS* pour soigner la MDR, dure entre 18 et 24 mois. Il s’agit d’un traitement long, coûteux, lourd, douloureux et qui engendre des effets secondaires irréversibles, comme la surdité. Un malade sur sept préfère l’abandonner, et donc mourir. Résultat : un taux de guérison d’en moyenne 50 %. Bien trop faible pour Action Damien.

Après avoir vu trop de jeunes gens perdre la vie car ils ne répondaient pas au traitement de seconde ligne, le docteur Armand Van Deun a décidé d’agir. Nous étions en 1997. Armand Van Deun, aujourd’hui chercheur à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, travaillait alors pour Action Damien au Bangladesh. Son défi ? Trouver le juste équilibre entre « tolérance » et « efficacité ». Le protocole de traitement qu’il a initialement testé se conformait aux recommandations de l’OMS, sans recours à certains médicaments de seconde intention, toxiques et peu efficaces. Après avoir essayé plusieurs combinaisons de médicaments de première et deuxième lignes, il trouvera le schéma efficace et inventera ce que l’on appellera officiellement « régime Bangladesh ».

Il aura fallu des années pour convaincre le monde scientifique. Depuis mai 2016, l’OMS recommande enfin officiellement le traitement en neuf mois. C’est notamment grâce aux études réalisées par Action Damien, puis, à grand échelle, par l’Union, en Afrique francophone (avec le concours d’Action Damien, bien entendu, au Burundi, au Congo, au Niger et au Rwanda). Aujourd’hui, il est d’ailleurs déployé dans pas moins de 23 pays, selon le rapport de l’OMS.

En 2016, neuf malades sur dix qui ont bénéficié de ce régime court, ont pu guérir. L’évolution de la prise en charge des malades MDR (grâce à ce traitement) y est également pour beaucoup : les malades peuvent se soigner chez eux, sans être éloignés de leur communauté. Et c’est grâce à un traitement plus court que les agents de santé communautaires réussissent à encourager les malades à observer leur traitement jusqu’à totale guérison.

Action Damien se félicite de cette réussite, qu’elle doit à chaque donateur. Toutefois, long reste le chemin à parcourir pour vaincre la tuberculose multirésistante. Et pour cause, elle a été signalée dans 117 pays en 2016. Action Damien continuera donc à diffuser les preuves scientifiques et à vulgariser le programme. L’association s’engage plus que jamais à former les responsables de programmes nationaux et le personnel soignant à ce traitement. Par ailleurs, elle entend veiller à un approvisionnement suffisant en médicaments, y compris pour les enfants, et à un suivi scrupuleux des malades. Parce qu’au-delà de la fierté qu’elle retire de la recommandation par l’OMS, Action Damien est avant tout heureuse de pouvoir offrir un avenir meilleur à toutes les personnes souffrant de la tuberculose.